Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vocabulaire culinaire 3

Publié le par Violette

Vocabulaire culinaire 3

Nous voici dans la dernière ligne droite de notre lexique culinaire, promis après j’arrête de vous torturer avec tout ces noms barbares, mais j’avais vraiment envie de partager avec vous ces connaissances qui vous faciliteront surement la vie au grès de vos recherches culinaires.

Parer : éliminer les parties non présentables d’un aliment.

Passer : passer à travers un chinois, une passoire, un tamis, une étamine pour égoutter ou enlever des éléments non désirables d’une préparation ou d’une cuisson.

Pâton : ensemble d’une pâte non détaillée.

Persillade : mélange de chapelure, de persil et d’ail haché.

Pétrir : travailler une pâte.

Piler : écraser un aliment à l’aide d’un mortier ou d’un pilon, jusqu’à la consistance désirée.

Pincer :

  • Faire caraméliser des sucs de viandes au fond d’un récipient utilisé pour la cuisson.
  • Effectuer un rebord d’abaisse avec une pince à tarte.

Piquer : à l’aide d’une fourchette, faire de petits trous sur une baisse de pâte pour l’empêcher de monter ou de gonfler pendant la cuisson.

Pocher : cuisson qui se fait dans un liquide, départ à chaud ou a froid.*

Pousser : laisser développer une pâte grâce à la fermentation exercée par les levures.

Raidir : faire sauter une viande sans la colorer.

Réduire : faire évaporer une partie de l’eau d’une préparation pour obtenir un produit plus concentré.

Relever : assaisonner un met pour en rehausser la saveur.

Réserver : mettre une préparation de côté en vue d’une utilisation ultérieure.

Rissoler :

  • Colorer un aliment en le passant dans un corps gras chaud.
  • Cuire des pommes de terre cocottes préalablement blanchies.

Rompre : retravailler une pâte levée pour qu’elle cesse de pousser.

Roux : élément de liaison à base de farine cuite dans du beurre (autant de farine que de beurre).

Saisir : départ d’une cuisson à feu vif.

Sauter : faire revenir dans la matière grasse des petites pièces dans une sautoir ou une poêle.

Singer : saupoudrer de farine un ragoût.

Tamiser : passer de la farine ou de la chapelure au tamis.

Torréfier : colorer la farine au four.

Tremper :

  • Réhydrater les légumes secs.
  • Imbiber des babas ou des savarins de sirop.

Tronçonner :

  • Tailler des légumes en gros morceaux.
  • Découper des poissons ronds ou plats.

Publié dans Général

Partager cet article

Repost 0

Vocabulaire culinaire 2

Publié le par Violette

Vocabulaire culinaire 2

Nous revoilà pour le second round de notre lexique culinaire et d’apprendre à parler comme de vrais pros, mais surtout pouvoir décrypter certaines recettes qui nous semblent si complexe quand on les lit et qui ne sont au final que difficile à comprendre mais pas à exécuter.

Farce : préparation d’éléments hachés.

Fariner/Fleurer : passer un aliment dans la farine ou encore saupoudrer une plaque à pâtisserie de farine.

Foncer :

  • Garnir un moule ou un cercle avec un fond de tarte.
  • Garnir le fond d’une braisière avec une garniture aromatique.

Fontaine : disposer la farine en couronne.

Fouler : passer une préparation au chinois (passoire fine) à l’aide d’un pochon (louche à sauce).

Fraiser : écraser une pâte avec la paume de la main pour la rendre homogène.

Frapper : refroidir rapidement une préparation en la plaçant dans la glace.

Frémir : élever la température de cuisson à la limite de l’ébullition.

Fumet : base des sauces de poissons préparés avec arêtes et garniture aromatique.

Garniture :

  • Accompagnement si elle est servie avec un met.
  • Aromatique, pour compléter la saveur d’une préparation.

Graisser : enduire de beurre clarifié un moule ou une plaque.

Gratiner : faire dorer au four une préparation après l’avoir saupoudré de gruyère rapé, de chapelure ou encore de parmesan.

Habiller : réaliser les préparations préliminaires d’un poisson ou d’une volailler avant de les marquer en cuisson.

Hacher : réduire plus ou moins finement un aliment à l’aide d’un couteau.

Imbiber : tremper un biscuit dans un sirop.

Incorporer : mêler une matière à une autre.

Inciser : faire des incisions à l’aide d’un couteau sur un poisson afin d’obtenir une cuisson plus homogène et plus rapide.

Lustrer : donner un aspect brillant à une préparation en la recouvrant à l’aide d’un pinceau, de gelée, de beurre clarifié ou nappage.

Luter : fermer hermétiquement un récipient à l’aide d’une pâte pour une cuisson à l’étouffée.

Macérer : faire tremper des fruits secs ou confits dans de l’alcool afin de les parfumer.

Manchonner : dégager l’os de la chair qui recouvre un pilon, une aile de volaille, une cotelette ou une cote.

Mariner : mettre a tremper dans une marinade, une viande ou un poisson, pendant un temps plus ou moins long pour aromatiser et/ou attendrir la chair.

Masquer : recouvrir un aliment entièrement d’une couche de gelée, de sauce, de crème ou de beurre.

Mijoter : faire cuire à feu doux, doucement, régulièrement.

Monder : retirer la peau des tomates, ananas, pêches, en les plongeant dans l’eau bouillante pendant quelques secondes, puis les refroidir très vite à l’eau glacée.

Paner :

  • A l’anglaise : passer un aliment dans la farine puis dans des œufs battus et enfin dans de la chapelure.
  • A la milanaise : ajouter du fromage râpé à la chapelure
  • Au beurre clarifié : passer la pièce au beurre clarifié avant de le passer dans la chapelure.

Et voilà pour cette fois, nous nous retrouverons pour le dernier volet dans deux jours et nous reprendrons nos recettes qui vous plaisent tant.

A bientôt mes amours.

Publié dans Général

Partager cet article

Repost 0

Vocabulaire culinaire

Publié le par Violette

Vocabulaire culinaire

Certains d’entre vous m’ont contacté pour que je leur décrypte certains termes qu’ils ont lu dans mes recettes ou sur internet, alors voilà un petit dictionnaire pour parler comme les pros !

Abaisser : étaler une pâte à l’aide d’un rouleau.

Arroser : verser régulièrement la graisse ou le jus de cuisson sur l’aliment pour éviter le desséchement.

Assaisonner : rehausser la saveur d’un aliment en y ajoutant du sel, du poivre ou une épice.

Blanchir :

  • Plonger des légumes dans l’eau bouillante pour enlever l’âcreté.
  • Battre un mélange œufs et sucre jusqu’à ce qu’il devienne mousseux.
  • Faire bouillir une viande quelques minutes pour les raffermir et enlever les impuretés.

Chemiser : enduire les parois d’un moule avec de la farine, de la gelée, des biscuits, du jambon ou quoi que se soit d’autres avant de le remplir.

Clouter : enfoncer des clous de girofle dans un oignon.

Compoter : laisser fondre à couvert des éléments qui atteindront la consistance d’une purée.

Décanter : éliminer d’une cuisson les aliments aromatique qui ne sont pas destinés à être servis.

Déglacer : dissoudre les sucs de viande caramélisés au fond d’un récipient en ajoutant de l’eau, du vin, du fond, du madère, du porto, ….

Dégorger :

  • Saler un légume pour lui faire rendre son eau de végétation.
  • Faire tremper un aliment pour enlever le sang.

Dégraisser :

  • Enlever l’excédent de graisse d’une viande de boucherie.
  • Dégraisser un fond, une sauce ou un jus en basculant la graisse située au fond d’un récipient.
  • Enlever la graisse présente à la surface d’une sauce.

Dénerver : éliminer les parties nerveuses d’une viande.

Dénoyauter : Enlever les noyaux de certains éléments.

Dessécher : travailler avec une spatule , une pâte à choux ou une purée sur un feu vif pour en faire évaporer une partie de l’eau.

Détendre : liquéfier une préparation en y ajoutant du fond, de l’eau ou du lait.

Détrempe : mélange de farine et d’eau utilisé a froid pour la pâte feuilletée ou à chaud pour la pâte à choux.

Ecaler : enlever la coquille d’un œuf cuit.

Ecosser : enlever les petit pois, les fèves, ou les haricots de leur gousse.

Effiler : éliminer les fils des haricots vert.

Emincer : couper les légumes en fines tranches.

Enrober : recouvrir entièrement un aliment en le nappant ou en le trempant.

Etuver : cuire à couvert doucement dans une matière grasse des aliments détaillés très finement.

Evider :

  • Eliminer la pulpe de certains légumes pour les farcir.
  • Retirer le cœur d’une pomme à l’aide d’un vide pomme.

Voilà pour le premier pas dans le vocabulaire technique, s’il vous en manque n’hésitez pas à m’envoyer des messages, à venir encore plus de termes !

Des bisous mes trésors !

Publié dans Général

Partager cet article

Repost 0

Daube de chevreuil

Publié le par Violette

Daube de chevreuil

Aujourd’hui c’est mon anniversaire, et comme vous vous en doutez je ne suis pas devant mon ordinateur pour rédiger cette chronique et comme un ami m’a fait remarqué que je n’avais pas partagé ma daube de chevreuil que j’avais préparé pour Noël, voilà une raison parfaite pour le sortir des mes articles d’avance pour vous l’offrir comme offrande en espérant que vous pardonnerez mon manque d’originalité sur ce coup là ! Alors bonne journée à tous et cuisinons ensemble !

Pour 6 personnes, il vous faudra :

1 kg 500 de viande de chevreuil

Pour la marinade :

1 bouteille de vin rouge corsé

1 bouteille de vin blanc

1 carotte

1 poireau

1 oignon

2 gousses d’ail

1 oignon piqué de trois clous de girofle

5 cl de cognac

2 branches de thym

1 branche de romarin

Huile d’olive

Sel

Poivre

1 feuille de laurier

1 branche de céleri

2 échalotes

Pour la sauce :

2 cuillères à soupe de farine ou une de maïzena

½ litre de fond de veau

1 cuillère à soupe de concentré de tomates

3 cuillères à soupe de gelée de groseille

10 cl de crème fraiche

Dans une casserole, faire colorer légèrement dans l’huile, les carottes en tronçons, l’oignon et l’échalote hachée, ajouter ensuite le céleri en fines tranches, le poireau émincé, le laurier, le sel, le poivre, le laurier, le thym, le romarin, l’ail et le cognac, sortir du feu réserver, et laisse refroidir, quand c’est bien froid, ajouter la viande coupée en cubes, et recouvrir de vin blanc et rouge (50/50), quand la viande et ses aromates sont bien recouverts, mélanger, et réserver au frais pour au moins 24h (moi je laisse 48h).

Sortir du frigo, égoutter en prenant bien soin de garder la marinade qui sera la base de notre sauce, bien sécher la viande et la séparer des légumes, mettre un peu de beurre dans une cocotte à chauffer, fariner la viande et la faire dorer sur tout les côtés ; ajouter la marinade filtrée, couvrir et enfourner à 120° pendant au moins 3h (je l’ai déjà laissé 7 heures c’est fabuleux).

Juste avant de servir ajouter la crème et la gelée de groseille à la sauce, bien mélanger et servir bien chaud.

Bon appétit mes trésors je vous aime fort !

Publié dans Gibier, Viandes

Partager cet article

Repost 0

Gateau de pancakes caramel beurre salé et banane

Publié le par Violette

Gateau de pancakes caramel beurre salé et banane

Et oui encore du caramel au beurre salé mais bon il fallait bien que je finisse ma crème pâtissière ! Et puis j’étais fatiguée je voulais faire un dessert à mon homme, pi zut et flûte j’ai droit aussi d’être une grosse feignasse de temps, en plus cette recette était parfaite ! Alors on la ramène pas et on savoure non mais !

Pour 2 personnes, il vous faudra :

2 ou trois bananes selon leur taille (j’ai pris des pas trop mures pour éviter que ça ne soit trop sucré)

Pour les pancakes :

170 gr de farine

20 cl de lait

2 œufs

20 gr de sucre

1 sachet de levure

2 pincées de sel

Pour le caramel :

150 gr de sucre

150 gr de beurre salé

10 cl de crème fraîche

Pour la crème pâtissière :

2 jaunes d’œufs

30 gr de sucre

1 cuillère à soupe de farine

10 cl de lait

Dans un saladier, verser la farine, la levure chimique, le sucre, et le sel, faire un puits au centre, y casser les œufs et mélanger, ajouter le lait petit à petit sans cesser de mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte lisse, sans grumeaux et un peu plus épaisse qu’une pâte à crêpes.

Laisser reposer au frais au moins 20 minutes, pendant ce temps, dans une casserole, mettre le beurre et le sucre à chauffer doucement, ne pas remuer juste surveiller la couleur quand il prend une belle couleur dorée, ajouter un peu de crème tiède dedans, mélanger, réserver dans un coin (attention si vous craquez et que vous devez goûter n’oubliez pas que c’est brûlant).

Dans une casserole, hors feu, battre deux œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse, ajouter la farine, et les deux tiers de votre caramel au beurre salé qui a un peu refroidi, mélanger, ajouter le lait, mettre sur le feu et fouetter jusqu’à ce que la crème ait épaissi et ait une bonne texture. La réserver dans un coin, jusqu’à ce qu’elle soit froide.

Huiler une poêle à crêpes, et cuire les pancakes, quand des bulles apparaissent sur la surface du pancake, le retourner et cuire l’autre côté. Quand vous aurez épuiser la pâte les réserver pour les faire refroidir.

Quand tout les ingrédients sont bien froids, couper les bananes en rondelles et monter le gâteau en posant un pancake puis avec une poche à douille dans laquelle vous aurez mis la crème pâtissière, faire une spirale recouvrant le pancake, garnir de rondelles de bananes, remettre un pancake, garnir de crème puis de bananes, ainsi de suite jusqu’à extinction des éléments. Vous pouvez aussi faire cette recette en gâteau de crêpes.

Bon appétit mes chéris !

Gateau de pancakes caramel beurre salé et banane

Publié dans Desserts

Partager cet article

Repost 0

Tarte poire amandine

Publié le par Violette

Tarte poire amandine

Joyeuse St Valentin à tous, oui je sais que vous allez me dire que je suis la première à y être complètement imperméable mais beaucoup d’entre vous la fête et je souhaite marquer le coup en faisant une petite douceur, que vous soyez deux ou seul, cette tarte vous ravira, alors laissez la s’incruster à votre repas romantique ou non. Un peu d’amour et de douceur dans ce monde de brutes !

Pour une tarte, il vous faudra :

3 poires à cuire (poires fuse, poires de bonne femme, malier, … )

1 citron

Pour le sirop :

1 litre d’eau

250 gr de sucre

Une gousse de vanille

Des zestes de citron vert

Pour la crème d’amande :

100 gr de poudre d’amande

100 gr de beurre

100 gr de sucre en poudre

2 œufs

Pour la pâte :

110 gr de farine de blé

80 gr de beurre doux

70 gr de sucre

1 œuf entier

1 pincée de sel

Pour la finition :

Une cuillère à soupe de confiture d’abricot ou de mirabelle

Dans une casserole mettre l’eau et le sucre pour le sirop, ajouter la gousse de vanille fendue et les zestes de citron, mettre à feu doux et cuire jusqu’à dissolution du sucre réserver.

Pour commencer faisons notre pâte ( si, si, allez je suis sûre que vous pouvez le faire et que vous allez adorer !), dans un saladier, verser la farine, le sucre et le sel, couper le beurre en tout petits morceaux, l’ajouter à la farine et sabler l’ensemble en prenant un peu des deux et en frottant du bout des doigts, le faire jusqu’à ce que votre pâte ressemble à du sable, ajouter ensuite l’œuf et travailler un peu la pâte pour former une boule si elle est trop sèche ajouter un peu d’eau , une fois la boule formée, filmer réserver au frais.

Eplucher les poire, citronner la chair pour qu’elles ne noircissent pas (frotter la pulpe du citron sur la poire épluchée), les équeuter, les couper en deux et en retirer le cœur et la fibre au milieu.

Remettre le sirop en chauffe, dès qu’il frémit y plonger les poire, baisser le feu au minimum et laisser pocher les poire à couvert (environ 20mns) , quand elles sont molles, arrêter le feu et laisser tièdir les poire dans leur sirop pour qu’elles se gorgent de saveurs.

Dans un saladier, blanchir les œufs avec le sucre, ajouter le beurre pommade et battre jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène puis ajouter la poudre d’amande et continuer de fouetter, on veut une crème d’amande bien souple et fabuleusement délicieuse.

On peut maintenant monter la tarte, étaler votre pâte et la placer dans un moule (ou plusieurs si comme moi vous voulez faire des individuelles), remplissez ensuite au deux tiers de votre crème d’amande (attention ça gonfle bien à la cuisson), puis poser votre poire sur le dessus vous pouvez les découper en fines lamelles avant mais je les préfère entière personnellement). Enfourner entre 20 et 35 minutes (selon la taille de vos tartes et de votre four) à 200°. Survivre à l’odeur irrésistible, se brûler en sortant la tarte du four et la dévorer à même le plat….. STOP, c’était une blague, on a pas finit, une fois qu’elle(s) est(sont) cuite(s), la sortir du four et la laisser refroidir un peu, laquer ensuite le dessus avec de la confiture au pinceau pour la rendre encore plus sexy.

Bon appétit

Tarte poire amandine

Publié dans Desserts

Partager cet article

Repost 0

Choux à la crème caramel beurre salé

Publié le par Violette

Choux à la crème caramel beurre salé

Vu que je suis très mauvaise en pâtisserie j’ai décidé de m’entrainer un peu, voilà une adaptation d’une recette qui m’a été donnée par un chef, elle est simple et efficace, un raccourci direct vers le cœur de mes beaux parents à en juger leur réaction quand ils ont goûtés.

Pour 25 petits choux ou une dizaine d’éclairs, il vous faudra :

Pour la pâte :

25 cl d'eau

80 g de beurre

4 oeufs

150 g de farine

1 pincée de sel

Pour le caramel :

150 gr de sucre

150 gr de beurre salé

10 cl de crème fraîche

Pour la crème pâtissière :

2 jaunes d’œufs

30 gr de sucre

1 cuillère à soupe de farine

10 cl de lait

Pour le décor :

Une cuillère à soupe de sucre glace

Préchauffer le four à 190°

Dans une casserole, mettre l’eau, le beurre, le sel et le sucre, porter à ébullition, quand ça bout, sortir du feu, ajouter la farine tamisée en remuant avec une cuillère en bois, remettre la pâte sur le feu pour la sécher. Quand la pâte commence a laissé une fine pellicule dans la casserole, la ressortir du feu dés qu’elle est en boule. Ajouter l’œuf et mélanger jusqu’à ce que l’œuf soit totalement incorporé dans la pâte, la transvaser dans une poche à douille. Prendre une plaque à four que vous aurez huilée, déposer des noisettes de pâtes selon la taille que vous voulez.

Enfourner à 180° pendant 15 à 20 minutes puis les sortir du four et les laisser refroidir dans un coin sur une grille.

Dans une casserole, mettre le beurre et le sucre à chauffer doucement, ne pas remuer juste surveiller la couleur quand il prend une belle couleur dorée, ajouter un peu de crème tiède dedans, mélanger, réserver dans un coin (attention si vous craquez et que vous devez goûter n’oubliez pas que c’est brûlant).

Dans une casserole, hors feu, battre deux œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse, ajouter la farine, et les deux tiers de votre caramel au beurre salé qui a un peu refroidi, mélanger, ajouter le lait, mettre sur le feu et fouetter jusqu’à ce que la crème ait épaissi et ait une bonne texture. La réserver dans un coin, jusqu’à ce qu’elle soit froide.

Remplir une poche à douille de crème pâtissière au caramel, percer le fond du chou avec la douille et le remplir jusqu’à que l’on sente que le chou est lourd et plein à craquer. Farcir tout les choux et les mettre de côtés au frais.

Préparer le glaçage en prenant le caramel beurre salé que l’on a mis de côté et y ajouter une cuillère à soupe de sucre glace, mélanger, tremper le dessus des choux dedans et les réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Bon appétit

Publié dans Desserts

Partager cet article

Repost 0

Fondue de poireaux

Publié le par Violette

Fondue de poireaux

Fondue de poireaux

S’il y a bien un légume que je me régale à cuisiner en hiver c’est le poireau, et j’adore le faire suer dans du beurre pour en apprécier toutes les saveurs, je pourrais en manger pendant des jours, et comme aujourd’hui je suis fatiguée et un peu flemmarde c’est la plat idéal pour se régaler avec peu d’efforts !

Pour quatre personnes, il vous faudra :

8 poireaux

Sel

Poivre

15 gr de beurre

10 cl de crème liquide

100 gr de mascarpone

200 gr de lardons fumés (facultatifs)

1 oignon

Eplucher l’oignon, le ciseler et le faire suer dans un peu de beurre avec les lardons, pendant ce temps, nettoyer les poireaux et les découper en lamelles, quand l’oignon est bien doré, ajouter le poireau, mélanger, couvrir et laisser suer à feu doux, la condensation qui se fera permettra aux poireaux d’étuver doucement et de cuire sans brûler, remuer de temps en temps, quand le poireaux est quasiment cuit ajouter la crème et le mascarpone, saler et poivrer, continuer la cuisson jusqu’à ce que les poireaux soient bien tendres, rectifier l’assaisonnement si besoin, vous pouvez aussi ajouter un peu de curry pour varier le plaisir !

Bon appétit mes petits loups !

Publié dans Légumes

Partager cet article

Repost 0

Maïs à la thaï

Publié le par Violette

Maïs à la thaï

Un petit accompagnement sympa et délicat, idéal avec un poisson vapeur ou une viande grillée pour un soir où on a pas de temps à consacrer à la cuisine, un plat à four, un peu d’eau et hop on envoie ça à cuire tout doucement pendant qu’on vaque à nos occupations, c’est pas génial comme idée ça ? Alors suivez moi je vais vous expliquer :


Pour deux personnes, il vous faudra :
2 épis de mais
1 carré de beurre
2 cuillère à soupe de mélange d’épices thaï (vous pouvez l’acheter tout prêt ou le faire vous-même, perso je le fais moi-même car souvent déçue des épices toutes prête)


Dans un petit bol, mélanger le beurre pommade et les épices, une fois qu’ils sont bien amalgamés, frotter les épis de mais épluchés avec ce beurre épicé, les placer dans un plat à four avec un peu d’eau et les cuire à 150° pendant 30 minutes en les tournant régulièrement, selon vos fours ça ira plus ou moins vite, une fois le mais cuit, le déguster bien chaud en faisant attention à ne pas vous brûler les doigts.
Bon appétit mes poulets !

Publié dans Végétarien, Légumes

Partager cet article

Repost 0

Crêpes salée à l'italienne

Publié le par Violette

Crêpes salée à l'italienne

Ah la chandeleur, une fête comme je les aime puisque c’est une excuse parfaite pour faire des crêpes sans trop culpabiliser pour les poignées d’amour qu’elles vont nous offrir !
Les crêpes avec leur forme ronde et leur couleur dorée rappelleraient le soleil, ce qui expliquerait que l'on confectionne des crêpes à la Chandeleur, moment de l'année où les jours s'allongent de plus en plus vite. C’est également à cette époque de l’année que les semailles d’hiver commençaient. On se servait donc de la farine excédentaire pour confectionner ces crêpes, qui sont un symbole de prospérité pour l’année à venir. (wikipédia)
Ma meilleure amie Natacha, a été la première personne à cuisiner pour moi une crêpe salée, c’est elle qui m’a initiée à ce délice breton et j’espère que cette recette lui fera autant plaisir que celle que j’ai eu à découvrir ce plat !


Pour deux personnes, il vous faudra :


Pour la pâte :
125 gr de farine (celle de votre choix)
25 cl de lait
1 ou 2 œufs selon le calibre
1/2 cuillère à soupe d’huile neutre
1 pincée de sel
1 cuillère à soupe d’eau


Pour la garniture :
4 tranches de jambon cru
1 cuillère à soupe de pesto
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 boule de mozzarella
Une quinzaine de tomates cerises
Sel
Poivre


Préparer la pâte :
Verser la farine dans un saladier, faire un puit, y casser les trois œufs, ajouter le sel, l’eau, l’huile et commencer à mélanger au fouet en ajoutant petit à petit le lait et en remuant vigoureusement, quand votre pâte est bien lisse, la couvrir et la laisser reposer au frais au moins une heure.
Laver les tomates cerises et leur ôter le pédoncule, les couper en petits cubes et les réserver dans un saladier, couper la mozzarella en petits cubes, les ajouter aux tomates cerises, ajouter le pesto, l’huile, le sel, le poivre, mélanger le tout et réserver.
Dégraisser le jambon cru, le couper en lamelles, puis les plonger quelques secondes dans l’eau bouillante afin de les dessaler, les essorer, les laisser refroidir. Réserver.
Dans une poêle, mettre un peu de beurre, graisser toute la poêle, quand la poêle est bien chaude, verser une louche de pâte, pencher la la poêle pour que la pâte nappe toute la surface, lorsque les bords de la crêpe commencent à se détacher de la poêle, glisser une spatule sous la crêpe et la retourner (pour les courageux vous pouvez essayer de les faire sauter mais perso je suis fâchée avec les vol planés crêpiers), garnir la crêpe avec quelques cuillères du mélange de tomate et mozzarella, parsemer de jambon cru, baisser le feu, quand la mozzarella commence a fondre rabattre 3 côtés de la crêpe afin de former une pochette, réserver au four chaud, dans un plat, en attendant d’avoir fini toutes les crêpes, servir bien chaud.
Bon appétit mes loulous !

Publié dans Crêpes, Porc

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>