750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

One pot pasta chorizo, poivrons et tomates fraiches

Publié le par Violette

One pot pasta chorizo, poivrons et tomates fraiches

Vous êtes nombreux à m’avoir réclamé des recettes à faire avec peu d’équipement et les recettes du genre « one pot pasta » sont souvent alléchantes et nous vendent du rêve et soyons clair elles ne sont pas toutes vraiment au point, alors voici ma version d’un soir de flemme qui je l’espère plaira à mes chers et tendres amis qui ont une micro cuisine, on peut la faire dans un mouchoir de poche (du moment que vous avez un feu et de l’eau courante à disposition)

Pour 2 personnes, il vous faudra :

1 poivron rouge

1 poivron vert

½ chorizo

100gr de pâtes

2 tomates

1 oignon

1 cuillère à soupe de concentré de tomates

1 sachet de spigol

1 point de piment

Sel

Poivre

Couper le chorizo en lamelles fines

Couper l’oignon, les poivrons et les tomates en dés.

Mettre un peu d’huile dans une grande casserole, faire suer l’oignon et les poivrons, une fois l’oignon bien ramolli, ajouter tout les ingrédients, recouvrir d’eau (juste à hauteur des aliments pas besoin de plus), laisser cuire jusqu’à absorption de quasiment tout le liquide.

Bon appétit mes trésors !

Ps : je précise tout de même que si vous aimez les pâtes al dente ce genre de recettes n’est pas pour vous ou alors vous avez vraiment intêret de surveiller !

Publié dans Porc, Légumes

Partager cet article
Repost0

Tarte Chloé de Pierre Hermé

Publié le par Violette

Tarte Chloé de Pierre Hermé

Alors pour cette recette je n’ai eu aucun mérite, je me suis contentée de la suivre, mais elle a fait très plaisir a une amie qui a pu la dévorer pour son anniversaire et qui depuis me traque pour que je lui en refasse une, c’est une recette de Pierrre Hermé, que j’ai vu dans l’émission « Dans la peau d’un chef », et nous nous sommes donc amusé à tenter de la reproduire, autant vous le dire, même si elle n’est pas compliquée en soi, elle est assez longue à préparer mais le travail en vaut la chandelle, c’est une splendeur même pour moi qui n’aime pas le chocolat.

Pour la pâte il vous faudra :

150g de beurre pommade

95 gr de sucre glace

30 gr de poudre d’amande

1 pincée de fleur de sel

Un peu de vanille

50 gr d’œufs

225gr de farine

45 gr de semoule de maïs

Sortir le beurre quelques dizaines de minutes à l’avance pour le rendre pommade .

Réaliser une pâte sucrée par sablage.

Laisser reposer la pâte au frais.

L’étaler sur 3 ou 4 mms d’épaisseur et froncer votre moule, le réserver au frigo une bonne de mi heure avant de le piquer, recouvrir la pâte de papier sulfurisé, mettre vos billes de cuisson (ou vos haricots secs pour les pauvres de mon genre je maintiens ça marche super bien)

Cuire à 170° pendant 15 minutes. Ôter les haricots et cuire le fond de tarte 5 minutes de plus.

Sortir du four, démouler et laisser refroidir sur grille.

Pour la ganache chocolat/ framboise, il vous faudra :

150 gr de chocolat noir

70 gr de crème entière

10 gr de miel

60 gr de purée de framboise (mixer les framboises et les passer au chinois pour ôter les graines)

30 gr de beurre pommade

Raper le chocolat.

Mettre le miel, la purée de framboise et le miel dans une petite casserole et porter à ébullition.

Verser un tiers de ce mélange bouillant sur le chocolat, mélanger en partant du centre avec une spatule ou une maryse, y aller en douceur on veut une crème qui a une consistance ferme, ajouter le reste du mélange petit à petit tout en mélangeant à mesure.

Ajouter le beurre en dés et mélanger à nouveau jusqu’à ce que le mélange soit crémeux et brillant.

Mettre cette crème en poche et réserver au frais, jusqu’à ce qu’elle soit bien fraîche.

Une fois la ganache froide, la dresser sur le fond de tarte, j’ai choisi ici une spirale mais vous pouvez aussi faire des petits monticules ou l’étaler à la spatule si vous êtes vraiment feignant.

Décorer de framboise fraîche … Dévorez !

Bon appétit mes chéris !

Publié dans Desserts

Partager cet article
Repost0

Poulet teriyaki

Publié le par Violette

Poulet teriyaki

Les beaux jours reviennent mais une fois n’est pas coutume le moral n’est pas au rendez vous, alors pour me remonter un peu le moral j’ai décidé de me faire un poulet teriyaki, histoire de me sortir de mon marasme de déprime, dans cette version je vous offre un « shredded », c'est-à-dire des blancs de poulet cuit très lentement à feu doux jusqu’à ce qu’ils se délitent !

Pour 4 personnes, il vous faudra :

4 blancs de poulet

1 oignon

2 gousses d’ail

12.5 cl de sauce soja

150 gr de miel

6 cl de vinaigre de riz

2 cuillères à soupe d’huile de sésame

1 cuillère à soupe de sésame

1 cuillère à café de gingembre en poudre

3 cuillères à soupe de maïzena

6 cl d’eau

Coriandre au goût

Quelques grains de poivre de Sichuan

Dans une cocotte, mettre l’huile de sésame, et à l’aide d’un essuie tout graisser l’intérieur de la cocotte.

Dans un bol, mélanger le miel, le poivre, la sauce soja, le vinaigre de riz, les gousses d’ail hachées, le gingembre et le poivre.

Déposer les blancs de poulet au fond de la cocotte, les recouvrir du mélange. Ajouter l’oignon, couvrir et laisser cuire à feu très doux au moins 3h, remuer régulièrement et tourner les blancs, si la sauce réduit trop vite ajouter de l’eau. Une fois les blancs bien moelleux, les sortir de la cocotte, les mettre dans un saladier et les gratter à l’aide de deux fourchettes pour que la viande se détache.

Dans un bol , mélanger la maïzena et l’eau, ajouter ce mélange à la sauce et la faire réduire, une fois la sauce quasi prête, remettre le poulet dans la cocotte et bien mélanger pour que la viande soit bien imbibée de sauce.

Servir sur un lit de riz avec des graines de sésame et des feuilles de coriandre pou parfait pour des sandwichs avec des crudités, un plat simple et efficace !

Bon appétit mes loulous !

Poulet teriyaki

Publié dans Poulet, Volailles

Partager cet article
Repost0

Gâteau au chocolat d'après Cyril Lignac

Publié le par Violette

Gâteau au chocolat d'après Cyril Lignac

Je ne suis pas une grande fan de Cyril Lignac, mais une amie à moi ayant adoré ce gâteau elle le veut absolument sur le blog, donc voici ma petite copie du gâteau de Mr Lignac :

Pour un gâteau de 8 personnes, il vous faudra :

200gr de chocolat

250 gr de mascarpone

4 œufs

40 gr de farine

75 gr de sucre glace

Pour le glaçage :

100 gr de chocolat

50 gr de beurre

50 gr de noix concassées

Beurrer et fariner le moule, réserver au froid.

Préchauffer le four à 150°.

Faire fondre le chocolat au bain marie. Dans un cul de poule, mettre le mascarpone, le fouetter un peu pour le détendre, y ajouter le chocolat fondu et mélanger vivement avec le fouet, ajouter les œufs un à un en les incorporant bien l’un après l’autre, ajouter le sucre glace tamisé, mélanger, ajouter la farine, mélanger. Enfourner une bonne vingtaine de minute, quand vous planter un couteau de votre gâteau et qu’il ressort propre, c’est cuit, démouler le gâteau sur une grille et réserver. Le Laisser reposer deux heures au frais.

Faire fondre le chocolat pour le glaçage au bain marie, puis ajouter le beurre petit a petit, quand le mélange est bien lisse, ajouter les noix, mélanger.

Verser le glaçage sur le gâteau posé sur une grille au dessus d’un plat à four (ça vous évitera un flot de chocolat sur votre plan de travail et en plus vous pouvez récupérer ce qu’il y a en trop pour combler les trous de votre glaçage ou vous pouvez vous rendre compte que votre plat a été prise en otage par une amie qui a décidé de finir le glaçage sans somation n et dans ce cas là laisser tomber les côtés !)

Servir !

Bon appétit mes chéris !

Gâteau au chocolat d'après Cyril Lignac

Publié dans Desserts

Partager cet article
Repost0

Tarte aux pommes et au whisky

Publié le par Violette

Tarte aux pommes et au whisky

Et voilà, je vous avais bien dit que j’avais préparé des recettes ! Voilà une petit invention sortie d’un moment de folie et d’innovation et bien on a été agréablement surpris figurez vous, et mon bétatesteur qui est pourtant intransigeant avec la tarte aux pommes, s’est resservi plutôt deux fois qu’une !

Pour une tarte pour six personnes, il vous faudra :

1 pâte sucrée

70 cl de compote de pommes

2 cl de whisky (pour moi j’ai utilisé du whisky infusé au bacon)

2 cl de sirop d’érable

2 feuilles de gélatine

Faire chauffer le four à 180°.

Mettre les feuilles de gélatine à ramollir dans de l’eau froide.

Réaliser la pâte, étaler la pâte, la mettre dans le moule, pincer les bords, piquer le fond à l’aide d’une fourchette. Découper un rond de papier sulfurisé à la taille de la tarte et le disposer sur la pâte pour la protéger, disposer des billes de cuisson (ou pour les pauvres dans mon genre des lentilles ou n’importe quel légume sec). Enfourner, quand les bords commencent à dorer, retirer les lentilles et le papier sulfurisé et laisser finir de cuire jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée de partout.

Sortir du four, sortir la pâte du moule et laisser refroidir dans un coin sur une grille.

Mettre la compote dans une casserole et la faire réchauffer à feu doux au début, quand elle est bien chaude ajouter le whisky et le sirop d’érable, ajuster à votre goût.

Laisser cuire une minute puis essorer la gélatine et l’ajouter à la compote, bien mélanger pour qu’elle s’incorpore, une fois le mélange fait, verser sur dans le fond de tarte, lisser le dessus à l’aide d’une Maryse et bloquer au froid pendant au moins 2h.

Servir bien froid !

Bon appétit !

Publié dans Desserts

Partager cet article
Repost0

Riz safranné façon paella

Publié le par Violette

Riz safranné façon paella

Me voilà de retour, je sais que je suis impardonnable avec mes absences répétées mais entre les cours et le boulot ça commence à être dur ! Je ne vous promettrais donc plus d’être régulière mais je vous promet que j’ai déjà plein de recette que je n’ai plus qu’a retranscrire donc n’ayez aucune crainte le blog est loin de fermer ou de mourir dans un long silence qui dure…
Pour ce retour j’ai décidé de vous emmener du côté de l’Espagne pour un plat inspiré de leur paella, nous sommes deux et je mange peu donc c’est difficile de faire une paella pour deux mais avec cette recette on retrouve notre riz bien jaune et ce parfum subtil de safran qui nous plait tant !

Pour deux personnes, il vous faudra :

1 oignon

1 petit poivron

8 crevettes

Une dizaine de tranches de chorizo

120 gr de riz à paella (riz Bomba pour les curieux)

Environ 40 cl de fumet de poisson (moi j’ai utilisé du jus de bouillabaisse)

0.5 gr de safran (au goût, pour les porte monnaies un peu maigre le spigol remplace très bien)

Un peu d’huile d’olive

Sel

Poivre

Dans une casserole, mettre un filet d’huile d’olive, et l’oignon coupé en dés, le faire suer puis le colorer jusqu’à ce qu’il soit bien doré, débarrasser avec une écumoire et réserver, mettre ensuite les poivrons coupés en dés et les faire bien revenir, une fois qu’ils sont cuit, les débarrasser avec les oignons, couper le chorizo en cubes et le faire revenir quelques secondes juste pour le faire dorer un peu, puis le retirer de la casserole à l’aide d’une écumoire et le mettre avec les oignons et les poivrons, mélanger, et assaisonner.

Dégraisser la casserole mais garder les sucs de cuisson, remettre un peu d’huile d’olive et ajouter le riz dans la casserole, le faire chauffer quelques secondes jusqu’à ce qu’il devienne translucide puis ajouter une bonne louche du fumet de poisson, laisser cuire à feu doux en surveillant que ça n’attache pas, quand le liquide a disparu en rajouter et ainsi de suite jusqu’à l’obtention d’un riz ferme mais cuit, ajouter votre mélange oignons/poivrons/chorizo, mélanger, rectifier l’assaisonnement si besoin et servir avec les crevettes tout juste revenues à la poêle.

Bon appétit mes trésors !

Riz safranné façon paella

Publié dans Poissons, Porc, Viandes, Légumes

Partager cet article
Repost0

Mont d'or chaud et confit d'oignons aux noix

Publié le par Violette

un mont d'or crémeux, un confit d'oignon juste indécent et la croquant des noix pour un moment de gras juste parfait

un mont d'or crémeux, un confit d'oignon juste indécent et la croquant des noix pour un moment de gras juste parfait

Voilà une des dernières recettes d’hiver que je vais vous offrir avant l’arrivée des légumes de printemps, c’était un soir de grosse flemme, il faisait froid, nous étions épuisés et une grosse envie de gras me tiraillait, comme beaucoup de gens je compense beaucoup avec le grignotage (bon j’ai certes la chance de pouvoir me le permettre maintenant), et je dois vous avouer que cette recette m’ait venu par hasard et m’a fait saliver d’avance :

Pour 4 personnes :

1 Mont d’or bien fait

5 cl de vin blanc

Quelques brins de ciboulette

Poivre

Pour un pot de confit d’oignon :

6 gros oignons blancs

1 cuillère à soupe d’huile d’olive

1 belle noisette de beurre (entre 30 et 50 gr selon les gouts)

50 gr de sucre

Poivre

50 gr de noix concassées

Emincer les oignons très finement, les faire suer dans du beurre et de l’huile d’olive à feu très doux pendant au moins 30 minutes, en remuant de temps en temps, ajouter ensuite le sucre et le laisser caraméliser les oignons, remuer et mettre à feu doux encore une heure pour que les oignons compôtent, laisser reposer le temps de cuire le Mont d’or.

Préchauffer le four à 200°C, pendant ce temps, mettre le couvercle de la boite en dessous, creuser le mont d’or et verser le vin dans le trou, recouvrir de fromage. Laisser cuire au four 25 minutes, poivrer, mettre quelques brins de ciboulettes hachées, ajouter les noix dans le confit d’oignon et servir les deux avec de belles tranches de pain de campagne, à l’apéro, comme en plat un soir avec une salade, c’est parfait !

Bon appétit !

Publié dans Apéro-Buffet

Partager cet article
Repost0

Soupe d'endives moutardée

Publié le par Violette

Soupe d'endives moutardée

Comme d’habitude je tiens déjà à vous présenter mes excuses pour mon mois de silence mais j’ai du faire face à des urgences familiales en chaine, puis il m’a fallu un peu de temps pour me reprendre mais me voilà de retour pour vous offrir une petite recette de soupe originale avant la fin de l’hiver et pour attendre les petits légumes de printemps qui ne vont pas tarder à s’offrir nos estomacs affamés !

La dernière fois je suis allée chez mes parents et j’étais stressée et devinez ce que je fais quand je suis stressée ? Je cuisine (et quand je suis vraiment énervée je brique la maison du sol au plafond jusqu’à l’épuisement pratique non ?), et je vois ce gros tas d’endives au fond de leur frigo, or ma mère ne fait que deux plats avec des endives : les endives braisées ou les endives au jambon, alors pour sauver mon père de ces sempiternelles recette je leur ai confectionnée une petite soupe bien sympatique, qui je l’espère, va vous ravir vous aussi !

Pour 4 personnes, il vous faudra :

6 belles endives dont on retire le cœur et le trognon

2 échalottes

100 gr de lardons fumés

1 cube de bouillon de volaille

2 pommes de terre

10 cl de crème épaisse

1 cuillère à soupe de moutarde

25gr de beurre

Sel

Poivre

Huile d’olive pour le service

Effeuiller les endives, ôter le cœur et le trognon, les couper en lanières et réserver, éplucher les pommes de terre, les détailler en petits cubes, réserver, éplucher les échalotes les ciseler.

Dans une casserole, mettre le beurre, y faire revenir les échalotes et les pommes de terre, quand le tout est doré, ajouter les endives, les faire suer une petite minute, puis ajouter de l’eau au deux tiers avec le cube de bouillon et un peu de poivre. Dès que ça bout laisser encore cuire 25 minutes puis ajouter la moutarde, la crème, laisser cuire encore 5 mlns à feu très doux, corriger l’assaisonnement si besoin. Réserver.

Dans une poêle sans matière grasse faire revenir les lardons jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés, réserver.

Mixer la soupe, la servir avec quelques lardons et quelques gouttes d’une bonne huile d’olive.

Bon appétit mes chéris !

Soupe d'endives moutardée

Publié dans Soupes, Légumes

Partager cet article
Repost0

Vocabulaire culinaire 3

Publié le par Violette

Vocabulaire culinaire 3

Nous voici dans la dernière ligne droite de notre lexique culinaire, promis après j’arrête de vous torturer avec tout ces noms barbares, mais j’avais vraiment envie de partager avec vous ces connaissances qui vous faciliteront surement la vie au grès de vos recherches culinaires.

Parer : éliminer les parties non présentables d’un aliment.

Passer : passer à travers un chinois, une passoire, un tamis, une étamine pour égoutter ou enlever des éléments non désirables d’une préparation ou d’une cuisson.

Pâton : ensemble d’une pâte non détaillée.

Persillade : mélange de chapelure, de persil et d’ail haché.

Pétrir : travailler une pâte.

Piler : écraser un aliment à l’aide d’un mortier ou d’un pilon, jusqu’à la consistance désirée.

Pincer :

  • Faire caraméliser des sucs de viandes au fond d’un récipient utilisé pour la cuisson.
  • Effectuer un rebord d’abaisse avec une pince à tarte.

Piquer : à l’aide d’une fourchette, faire de petits trous sur une baisse de pâte pour l’empêcher de monter ou de gonfler pendant la cuisson.

Pocher : cuisson qui se fait dans un liquide, départ à chaud ou a froid.*

Pousser : laisser développer une pâte grâce à la fermentation exercée par les levures.

Raidir : faire sauter une viande sans la colorer.

Réduire : faire évaporer une partie de l’eau d’une préparation pour obtenir un produit plus concentré.

Relever : assaisonner un met pour en rehausser la saveur.

Réserver : mettre une préparation de côté en vue d’une utilisation ultérieure.

Rissoler :

  • Colorer un aliment en le passant dans un corps gras chaud.
  • Cuire des pommes de terre cocottes préalablement blanchies.

Rompre : retravailler une pâte levée pour qu’elle cesse de pousser.

Roux : élément de liaison à base de farine cuite dans du beurre (autant de farine que de beurre).

Saisir : départ d’une cuisson à feu vif.

Sauter : faire revenir dans la matière grasse des petites pièces dans une sautoir ou une poêle.

Singer : saupoudrer de farine un ragoût.

Tamiser : passer de la farine ou de la chapelure au tamis.

Torréfier : colorer la farine au four.

Tremper :

  • Réhydrater les légumes secs.
  • Imbiber des babas ou des savarins de sirop.

Tronçonner :

  • Tailler des légumes en gros morceaux.
  • Découper des poissons ronds ou plats.

Publié dans Général

Partager cet article
Repost0

Vocabulaire culinaire 2

Publié le par Violette

Vocabulaire culinaire 2

Nous revoilà pour le second round de notre lexique culinaire et d’apprendre à parler comme de vrais pros, mais surtout pouvoir décrypter certaines recettes qui nous semblent si complexe quand on les lit et qui ne sont au final que difficile à comprendre mais pas à exécuter.

Farce : préparation d’éléments hachés.

Fariner/Fleurer : passer un aliment dans la farine ou encore saupoudrer une plaque à pâtisserie de farine.

Foncer :

  • Garnir un moule ou un cercle avec un fond de tarte.
  • Garnir le fond d’une braisière avec une garniture aromatique.

Fontaine : disposer la farine en couronne.

Fouler : passer une préparation au chinois (passoire fine) à l’aide d’un pochon (louche à sauce).

Fraiser : écraser une pâte avec la paume de la main pour la rendre homogène.

Frapper : refroidir rapidement une préparation en la plaçant dans la glace.

Frémir : élever la température de cuisson à la limite de l’ébullition.

Fumet : base des sauces de poissons préparés avec arêtes et garniture aromatique.

Garniture :

  • Accompagnement si elle est servie avec un met.
  • Aromatique, pour compléter la saveur d’une préparation.

Graisser : enduire de beurre clarifié un moule ou une plaque.

Gratiner : faire dorer au four une préparation après l’avoir saupoudré de gruyère rapé, de chapelure ou encore de parmesan.

Habiller : réaliser les préparations préliminaires d’un poisson ou d’une volailler avant de les marquer en cuisson.

Hacher : réduire plus ou moins finement un aliment à l’aide d’un couteau.

Imbiber : tremper un biscuit dans un sirop.

Incorporer : mêler une matière à une autre.

Inciser : faire des incisions à l’aide d’un couteau sur un poisson afin d’obtenir une cuisson plus homogène et plus rapide.

Lustrer : donner un aspect brillant à une préparation en la recouvrant à l’aide d’un pinceau, de gelée, de beurre clarifié ou nappage.

Luter : fermer hermétiquement un récipient à l’aide d’une pâte pour une cuisson à l’étouffée.

Macérer : faire tremper des fruits secs ou confits dans de l’alcool afin de les parfumer.

Manchonner : dégager l’os de la chair qui recouvre un pilon, une aile de volaille, une cotelette ou une cote.

Mariner : mettre a tremper dans une marinade, une viande ou un poisson, pendant un temps plus ou moins long pour aromatiser et/ou attendrir la chair.

Masquer : recouvrir un aliment entièrement d’une couche de gelée, de sauce, de crème ou de beurre.

Mijoter : faire cuire à feu doux, doucement, régulièrement.

Monder : retirer la peau des tomates, ananas, pêches, en les plongeant dans l’eau bouillante pendant quelques secondes, puis les refroidir très vite à l’eau glacée.

Paner :

  • A l’anglaise : passer un aliment dans la farine puis dans des œufs battus et enfin dans de la chapelure.
  • A la milanaise : ajouter du fromage râpé à la chapelure
  • Au beurre clarifié : passer la pièce au beurre clarifié avant de le passer dans la chapelure.

Et voilà pour cette fois, nous nous retrouverons pour le dernier volet dans deux jours et nous reprendrons nos recettes qui vous plaisent tant.

A bientôt mes amours.

Publié dans Général

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>