750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

53 articles avec porc

Travers de porc caramélisés, sauce mangue

Publié le par Violette

Travers de porc caramélisés, sauce mangue
Travers de porc caramélisés, sauce mangue

J'adore les travers de porc, je sais que c'est gras, que les gens ne les font en général qu'au barbecue et que c'est délicat à manger avec des couverts mais la petite sauvageonne en moi adore déchirer la viande juteuse des os rien qu'avec ses quenottes et s'en mettre partout par la même occasion (ça, j'aime beaucoup moins!) et du coup j'ai décidé de vous offrir cette petite recette qui peut se faire toute l'année pour déguster des travers de porc fabuleux!

 

Travers de porc caramélisés, sauce mangue
Travers de porc caramélisés, sauce mangue
Travers de porc caramélisés, sauce mangue

Pour 4 personnes, il vous faudra:

Pour les travers:

1.3 kgs de travers de porc

1/2 cuillère à café de gingembre frais rapé

2 gousses d'ail hachées

2 cuillères à soupe de miel liquide

2 cuillères à soupe d'huile neutre

2 cuillères à soupe de sauce soja

1 cuillère à soupe de curry en poudre

sel

poivre

 

Pour la sauce mangue:

300 gr de dès de mangue surgelés

1/2 gousse d'ail

2 cuillères à soupe de thai sweet chili sauce

2 cuillère à soupe de sauce de poisson (nuoc mam)

1 cuillère à soupe de jus de citron

2 cuillère à soupe de sucre roux

Piment (selon les goûts)

 

Préchauffer le four à 210°.

Dans un bol, mettre tout les éléments de la marinade pour le porc, y ajouter 2 cuillères à soupe d'eau bien mélanger. Mettre les travers dans un plat à four, verser la marinade par dessus, bien masser la viande afin qu'elle soit parfaitement recouverte du mélange et qu'il pénètre bien la chair.

Recouvrir d'aluminium le plat et enfourner pendant 35 minutes. Au bout de ce temps, enlever l'aluminium, et enfourner de nouveau 10 à 15 minutes afin de faire caraméliser les travers. Laisser reposer 10 minutes avant de servir.

Pendant que nos travers de porc cuisent, mettons nous à la réalisation de notre sauce.

Mettre tout les ingrédients dans un mixeur et mixer jusqu'à l'obtention d'une sauce épaisse et homogène, si votre sauce est trop liquide ne pas hésiter à la réduire à feu doux, cette sauce se mange aussi bien cuite que crue!

Servir bien chaud, bon appétit mes canards en sucre!

 

 

 

 

Travers de porc caramélisés, sauce mangue
Travers de porc caramélisés, sauce mangue

Publié dans Porc, Viandes

Partager cet article

Repost0

Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!

Publié le par Violette

Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!
Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!

Vous l'avez tous deviné, je suis une fan du Japon depuis que j'y suis allée, mais je suis fan depuis trés jeune des animes, et particulièrement de Food Wars. Pour ceux qui ne connaissent pas, Food wars est un manga culinaire Shokugeki no soma, écrit par Yuto Tsukuda et dessiné par Shun Saeki, avec la participation de Yuki Morisaki pour les recettes. La série a été prépubliée entre 2012 et 2019 dans le Weekly Shonen Jump, puis a été publiée sous la forme de 36 tomes. L'histoire de soma a été ensuite adaptée en animé, nous en sommes à 5 saisons et nous suivons l'histoire d'un jeune homme, Soma Yukihira, qui rêve de reprendre le restaurant familial où il travaille au côté de son père, mais suite au départ de celui ci, il va intégrer l'école de cuisine Tootsuki, y décuvrir les différentes cuisines du monde, les techniques de cuisine et surtout se battre pour montrer qu'il est le meilleur. a travers ses aventures, il va se faire de nouveaux amis et nous suivrons donc leur évolution en cuisine au fil de leur apprentissage.

Le petit plus de ce manga est sans contexte la présence des recettes des plats effectuées dans l'histoire, je vous présente ici la première recette présentée dans le manga, le "rôti' de Soma Yukihira.

Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!
Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!

Pour 6 personnes, il vous faudra:

6 grosses pommes de terre

6 champignons de paris

1 gros oignon blanc

1 bouquet d'estragon

2 paquets de tranches de bacon épaisses

25 cl de vin rouge

6cl de saké

3 cl sauce soja

1 cuillère à café de miel

beurre

 

Etaler du film alimentaire sur une plaque de four, y étaler toutes les bandes de lards, bien les serrer quitte a les faire se chevaucher un peu. Réserver au frais.

Eplucher les pommes de terre, les couper et les mettre dans une casserole d'eau froide. Les mettre à cuire. quand elles le sont, les égoutter et réserver dans un coin le temps qu'elles tiédissent.

Hacher les champignons et l'oignons, les faire revenir dans une poêle avec un peu de beurre jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés.

Dans un saladier, mettre les oignons, les champignons, les pommes de terre écrasées, saler, poivrer et mélanger. ajouter deux pincées d'estragon haché et mélanger à nouveau.

Déposer le mélange sur les bandes de lard, l'étaler uniformément et rabattre les bandes de lard afin de former un beau rôti, le ficeler, y ajouter des branches de romarin.

Enfourner dans un four à 180° pendant 30 à 40 minutes en le retournant à mi cuisson.

Dans la poêle qui vous a servi à cuire les champignons et l'oignon, verser le vin rouge, le porter à ébullition, le faire réduire d'un tiers puis ajouter une belle noisette de beurre, le saké, le miel et la sauce soja, laisser cuire à feu moyen en remuant 3 minutes.

Retirer la ficelle du rôti, le servir bien chaud avec la sauce.

Bon appétit mes canards en sucre!

 

Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!
Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!
Le fameux rôti de Soma Yukihira dans Food Wars avec mon petit plus!

Publié dans Anime, Porc

Partager cet article

Repost0

Les gyoza

Publié le par Violette

Les gyoza
Les gyoza
Les gyoza
Les gyoza

Nous voilà de retour pour de nouvelles aventures nippone, aujourd’hui nous allons nous pencher sur un de mes pêchés mignons, les raviolis, j’ai toujours été une inconditionnelles des bouchées ou raviolis vapeur chinois, mais ici nous allons parler gyoza, l’équivalent japonais.
Ces petites bouchées délicieuses, de pâtes fourrées de viande ou de légumes sont nées en Chine il y a 2000 ans, et se sont répandues à travers le monde, on en retrouve des dérivés au Japon, en Corée, aux Usa et en Italie.
Mais commençons par le début et cultivons nous un petit peu.
En Chine on les appelle des Jiaozi, ils sont traditionnellement servis au petit déjeuner du nouvel an, se sont des demi lune, fourrées de légumes et de viande (porc en général), il existe trois sortes de Jiaozi:

Les Jiaozi à la vapeur : zhengjiao
Les Jiaozi frits: guotie
Les Jiaozi bouilli : shuijiao

Ils sont dégustés en général avec de la sauce soja, du vinaigre ou de la pâte de piment.
La version nippone se nomme le Gyoza, ils sont en général plus riche en ail que les Jiaozi et moins riche en épices, la pâte est plus fine et moin cahoutchouteuse, ils sont aussi en général moins salé. Ils sont le plus souvent farci de chou et de porc, la pâte est fabriquée à base de farine de blé et se dégustent trempés dans une sauce soja mélangée à de l’huile de piment et de vinaigre de riz.
On peut eux aussi les déguster de trois manières différentes:

Les Sui-gyoza: bouillis
Les Yaki-gyoza :  snacké
Les Age-gyoza : frits

Ce sont les Yaki-gyoza que l’on trouve le plus souvent dans les restaurants japonais en France.
A nos fourneaux mes amis:

 

Les gyoza
Les gyoza
Les gyoza

Pour 24 gyoza environ, il vous faudra:

150 gr de porc haché
150 gr de chou haché
1/2 gousse d’ail
2 tiges de ciboules
1 cuillère à café de gingembre haché
1 cuillère à café d’huile de sésame grillé
1 pincée de sel
1 pincée de poivre noir moulu
24 feuilles de pâte à Gyoza (vous en trouverez en épicerie asiatique soit au rayon frais, soit au rayon surgelé)
Huile de cuisson

Pour la sauce:
2 cuillères à soupe de sauce soja
2 cuillères à soupe de mirin
1/2 cuillère à café d’huile de sésame grillé
une pincée de piment


Préparer la sauce, en mélangeant tout les ingrédients dans une coupelle et réserver.

Hacher le chou, les ciboules, le gingembre et l’ail.
Dans un saladier, mélanger tout les ingrédients jusqu’à obtenir une farce homogène.
Étaler toutes les feuilles de pâte à gyoza sur le plan de travail, transformer les carrés de pâte en disque, retirer les chutes inutiles, placer une cuillère à café de farce au centre de chaque disque, humidifier le tour à l’aide d’eau et d’un pinceau, plier en deux et bien souder les bords.
Faire chauffer une poêle, à feu moyen avec un peu d’huile, y déposer les gyoza et les laisser cuire 1 minute, puis verser 3cl d’eau par dessus les gyoza, couvrir avec un couvercle, pendant 3 minutes puis découvrir et laisser cuire jusqu’à évaporation complète de l’eau et obtenir des gyoza bien dorés.
Servir bien chaud avec la sauce.
Bon appétit mes canards!

Les gyoza
Les gyoza
Les gyoza

Publié dans Porc, Viandes

Partager cet article

Repost0

Le ramen

Publié le par Violette

Le ramen

Et oui, me voilà enfin de retour après de long mois de repos forcé, tout d’abord je m’excuse de ma longue absence, encore une fois, mais ma santé étant ce qu’elle est et mon métier étant usant physiquement et mentalement j’ai du faire une pause et durant cette pause, nous sommes allé au Japon, plus précisément à Kyoto, Osaka et Nara et pour me faire pardonner, voici les quelques recettes que j’ai pu glaner au fil de mes pillages culinaires. Ceux qui me suivent sur Facebook, on pu voir que j’ai adopté durant mon séjour, un rythme alimentaire digne d’un hobbit, pour les non initiés je vous explique :
Un premier petit déjeuner vers 7h du matin, un second vers 9h, une collation à 11h, un déjeuner à 13h, un goûter à 16h, une collation à 19h et un diner à 23h, (et oui je suis revenue sans un gramme en plus, c’est dire la magie de la cuisine japonaise!)
Nous commencerons aujourd’hui par le plat préféré de mon cher et tendre: le Ramen.
Le ramen est un plat japonais constitué de nouilles de blé servies dans un bouillon et assorties de morceaux de viandes, d’algues, de pousses de bambou fermentées ou encore d’oignons verts. La pâte miso et la sauce soja assaisonnent cette perfection.
Ce sont les immigrants chinois qui importent le ramen au Japon à la fin du XIXéme siècle, les nouilles sont traditionnellement étirées à la main par le cuisinier d’où son nom provenant du chinois «la mian» qui signifie «nouilles tirées».
Le premier restaurant spécialisé dans la préparation du ramen a vraisemblablement ouvert en 1910 par un cuisinier chinois à Yokohama, le ramen s’est ensuite répandu dans tout le pays. En 1945, face à la pénurie de riz causé par la guerre, les USA inondent le pays de blé à bas prix, les japonais se tournent ainsi vers les ramens et leurs nouilles de blé. En 1958, Mamafuku Anda invente les nouilles instantanées, le ramen devient ainsi un symbole de la pop culture japonaise et en 1994 le musée du ramen ouvre à Yokohama.
Voilà pour le côté historique, les photos sont celle que j’ai prise dans les différents restaurants que nous avons visités durant notre séjour et maintenant à nos fourneaux mes amis!

 

Le ramen
Le ramen

Pour 4 personnes, il vous faudra:

Première étape: Le chashu, à savoir le «rôti» de porc braisé que l’on sert en tranches très fines dans le ramen

500 gr de poitrine de porc avec la peau
10 cl de sauce soja
10cl de saké
15cl d’eau
10 cl de mirin
50 gr de sucre
2 gousses d’ail
1 morceau de gingembre
1 petite échalote


Rouler la viande, côté peau vers l’extérieur, ficeler comme un rôti.
Dans une casserole, mettre le sucre, le mirin, le sake et l’eau. Ajouter le gingembre, l’échalote et l’ail taillés grossièrement. Faites chauffer le tout et porter à ébullition.
Dans un moule à cake, mettre la viande et recouvrir de sauce.
Enfourner à 130°, cuire 6h en retournant toutes les heures.
Laisser refroidir et réserver au frais au moins une demi journée, l’extraire de la graisse formée et le tailler en tranches très fines.

Deuxième étape: Le bouillon

1L5 d’eau
1kg d’os de porc
50 gr de gingembre frais haché
3 gousses d’ail pelées et écrasées
1 botte d’oignons verts
4 cuillères à soupes de sauce soja
2 cuillères à soupe de saké
1 cuillères à café de sel
1 cuillère à café d’huile de sésame
1 à 2 cuillères à soupe de miso (selon les goûts)

Dans une casserole, mettre l’eau, le gingembre, l’ail, les oignons verts et les os de porc, porter à ébullition, écumer les graisses et les impuretés qui remonteront à la surface, couvrir; et laisser cuire 2h à feu doux (écumer encore si nécessaire).
Laisser refroidir le bouillon, réserver au frais si vous désirer le dégraisser.
Filtrer le bouillon pour enlever  les garnitures aromatiques.
Remettre le bouillon dans la casserole, ajouter la sauce soja, la pâte miso, le saké, le sel et l’huile de sésame. Porter à ébullition, puis remettre à feu doux, le temps de préparer les garnitures et de cuire les nouilles

 

Le ramen
Le ramen

Troisième étape: les garnitures

4 œufs mollets
8 tranches de narutomaki (pâte de poisson décoré d’une spirale rose à l’intérieur) facultatif
Tranches de porc chashu
8 feuilles d’algues nori
40 gr de germes de soja blanchies
40 gr de pousses de bambous fermentées
250 gr de nouilles à ramen


Cuire les nouilles dans de l’eau bouillante selon les indications du paquet mais en enlevant 2 minutes, les essorer, les placer dans les bols, verser la soupe chaude par dessus, disposer les garnitures par dessus, et servir bien chaud, les nouilles finiront ainsi de cuire dans le bouillon sans devenir trop molles.
Bon appétit mes trésors
Itadakimasu!

Le ramen
Le ramen
Le ramen
Le ramen
Le ramen
Le ramen

Publié dans Porc, Soupes, oae

Partager cet article

Repost0

Croque monsieur traditionnel

Publié le par Violette

Croque monsieur traditionnel
Croque monsieur traditionnel
Croque monsieur traditionnel
Croque monsieur traditionnel

L'origine du croque monsieur se perd dans la mémoire collective, en effet on retrouve des plats similaires dans l'histoire aborigène, en effet, ils garnissaient une pâte de leur chasse du jour avant de les "toaster" avec une espèce de pince en métal au dessus d'un feu... Nous retrouvons les premières apparitions aux menus parisiens dans les années 1910, Marcel Proust y fera même référence dans son ouvrage "à l'ombre des jeunes filles en fleurs", en 1919.
L'origine du nom est bague, il existe de nombreuses théories, ma préférée étant celle ci:
René Girard, dans son ouvrage de 1947 "Histoire des mots de la cuisine française", attribue le nom au patron du Bistrot parisien "Le Bel Age", au début du XXéme siècle, Michel Lucarna, qui avait une réputation fort surprenante de cannibale, aurait proposé un sandwich au pain de mie à la place de la baguette traditionelle, et quand un client s'enquit du genre viande utilisé pour les sandwichs, notre cher boute en train répondit en plaisantant "de la viande de monsieur" . N'est ce pas une charmante anecdote?
Mais trêve de blabla je vous vois dépérir à vu d'oeil lançons nous joyeusement dans la confection de nos croques monsieurs!

pour deux personnes, il vous faudra:

4 tranches de paine de mie
15 gr de beurre fondu
2 tranches de jambon
125 ml de lait
15 gr de beurre
15 gr de farine
sel
poivre
noix de muscade
Gruyère rapé

Badigeonner les tranches de pain de mie avec le beurre fondu, les mettre à dorer au four à 200° pendant quelques minutes.
Pendant ce temps, mettre a fondre 15 gr de beurre, dans une casserole, ajouter la farine et faire un roux, ajouter ensuite le lait, quand la béchamel est bien épaisse, saler, poivrer, ajouter la muscade et une grosse poignée de fromage rapé, mélanger, réserver.
Sortir le pain du four, poser une tranche de pain de mie sur le plan de travail, y déposer une belle couche de béchamel, le jambon, un peu de fromage rapé, rajouter un tranche de pain un peu de béchamel et du rapé, faire de même avec le reste des ingrédients, faire gratiner quelques minutes au four.... Et voilà c'est prêt!
Les croques monsieurs peuvent être décliné avec chaque fromage ou charcuterie de votre choix, vous pouvez les congeler avant le gratinage pour les soirs de flemme, avec une salade vous voilà avec un repas vite fait, bien fait!
Bon appétit mes chéris!

 

La chanson du jour 

Croque monsieur traditionnel
Croque monsieur traditionnel

Publié dans Apéro-Buffet, Viandes, Porc

Partager cet article

Repost0

Vol au vent sauce financière

Publié le par Violette

Vol au vent sauce financièreVol au vent sauce financière

L'invention du "Vol au vent" est attribuée à Antonin Carême, qui voulait remplacer les "Timbales" qui étaient à son avis trop lourdes par un feuilleté plus léger. Les vol au vent étaient à la base garni de quenelles, crêtes et rognons de coq, lamelles de truffes, têtes de champignons cannelées et des olives vertes liées à la sauce Madère, mais soyons réalistes, on a pas tous les moyens de faire ce genre de plat donc voici ma version de cette recette : Pour 3 personnes, il vous faudra: 500 gr de financière de porc 1 gros oignon haché 1 gousse d'ail haché 8 olives vertes 1 cuillère à soupe de farine (ou de maïzena) 3 bouchées à garnir 20 cl de vin blanc 2 feuilles de laurier une dizaines de champignons de paris frais coupés en fines lamelles thym sel poivre 20 cl de crème liquide 1 noisette de beurre 1 bouillon cube de légumes 1 cuillère à café de fond de veau Dans une sauteuse, mettre un morceau de beurre à fondre, y jeter la viande et l'oignon, les faire revenir jusqu'à ce qu'il n'y ai plus d'eau et que la viande et l'oignon soient bien dorés, baisser le feu, saupoudre de farine, mélanger et ajouter le vin blanc, laisser réduire de moitié ajouter de l'eau pour couvrir la viande, émietter le cube de bouillon de légumes, ajouter l'ail, le thym, le laurier et le fond de veau, poivrer, laisser cuire à feu doux pendant une heure en remuant un peu, 10 minutes avant la fin, ajouter les champignons, la crème et les olives vertes. Bien mélanger, servir bien chaud dans un panier feuilleté réchauffé au four et du riz. Vous pouvez aussi bien oublier le vol au vent et servir la sauce juste avec le riz ça se suffit ! Bon appétit!

Vol au vent sauce financière

Publié dans Viandes, Porc

Partager cet article

Repost0

Pâtes à la Carbonara

Publié le par Violette

Pâtes à la Carbonara

Pour ma première recette je vais taper dans l’ultra simple, le basique du basique ! Les pâtes à la Carbonara ! Et là vous vous esclaffez tous joyeusement, qui a besoin d’une mise à niveau sur les pâtes à la carbo ? Ben à peu près 2/3 des français … Non, non rassurez vous moi aussi je faisais partie des impies, ceux qui mettaient des oignons, des lardons dans de la crème et qui appelaient ça fièrement une carbo… Ouais sauf que ben un jour j’ai fais une recherche et là ben en gros je me suis rendu compte que mes ancêtres se sont tellement retourné dans leur tombe que ça aurait valu le coup de les mettre sur dynamo pour payer moins d’EDF ! Car en fait il n’y a ni lardons, ni crème et ni oignons dans la carbo ! Et oui mes amis, on nous a menti ! La carbonara est une recette romaine, on trouve plusieurs versions de sa création (non je ne vais pas vous mâcher le travail ! Google It !) Et elle nécessite en fait très peu d’ingrédients : Des œufs (1 par personne + 1 pour le plat),

de la Pancetta : charcuterie italienne a base de poitrine de porc, salée, poivrée et séchée (à l’origine c’est fait avec du Guanciale, c'est-à-dire de la joue de porc frottée avec du sel et diverses épices et séchées 3 semaines, mais c’est bien plus compliqué a trouver en France ! Ou alors ça risque de vous coûter un poil cher mais je dois avouer que ça reste le meilleur !),

De l’huile d’olive, du sel, du poivre,

Et enfin du Parmigiano Reggiano, et puis c’est tout ! Pas d’oignons, pas d’ail, pas de crème que nenni mes amis ! La cuisine italienne ça reste simple, ça fait l’amour à vos hanches alors oubliez vos ingrédients multiples et variés et revenez à l’authentique !

Bon bien sûr il faut des pâtes mais j’ose espérer que vous l’aviez compris tout seul!

Donc me direz vous, comment on les fait ces fameuses pâtes, ben comme d’habitude hein ! Vous prenez une grande casserole, que vous remplissez d’eau, que vous couvrez, que vous mettez à chauffer et que vous portez à ébullition !

Pendant ce temps vous prenez les œufs, vous avez compris le concept ? Un pour chaque convive + 1 pour le plat, parce qu’en Italie on est généreux et on aime que la cuisine le soit aussi ! Vous separez le jaune des blancs… Et oui ça peut vous sembler dur comme ça mais pour cette recette on utilise que les jaunes mais rien ne nous empêche de faire des iles flottantes ou des meringues pour le dessert avec les blancs que nous allons délaisser ! Où en étions-nous ? ah oui, donc dans un saladier vous mettez vos jaunes, du poivre, un peu de sel (pas trop, le parmesan salera ainsi que la pancetta ou le guanciale) et le parmigiano reggiano, vous battez le tout (c’est plus facile au batteur électrique mais c’est bien aussi de le faire avec vos petites mimines ça vous fait les muscles !), si vous voulez être sur que ça soit bien crémeux ajoutez 2 cuillère à soupe d’eau de cuisson des pasta, quand le mélange commence à mousser c’est prêt ! Dans une poêle, faites dorer votre Pancetta ou votre Guanciale dans un peu d’huile d’olive, vous devez le faire dorer des deux côté, quand vous commencez à vous dire qu’il devient outrageusement sexy et que vous avez envie de le manger à même la poêle… C’est que c’est bon ! Et évitez parce que vous risquez de vous brûler la langue et ça serait dommage !

Maintenant que votre eau pour les pâtes bouillonne et chante, vous y mettez une cuillère de gros sel, puis vous y mettez vos pâtes (100 à 120 gr pour une personne normale, alors adaptez ensuite à vos besoins je ne vous juge pas !) et vous les faites cuire al dente (alors un secret le temps de cuisson est souvent écrit sur le paquet et ça donne un léger indice sur combien de temps les y laisser !) Une fois cuites, vous les égouttez et vous les mettez dans le saladier où vous avez préparé vos œufs au parmesans, vous mélanger délicatement et vous ajoutez la pancetta/guanciale en continuant de remuer !

Vous dressez ça dans des assiettes creuses et c’est prêt !

Comme un ami me l’a fait remarqué je vous ai un peu trollé en vous faisant tout un speech donc voilà un résumé : Faites cuire vos pates comme indiqué sur le paquet, pendant ce temps, dans un saladier, mélangez les jaunes d’œufs, le parmesan, le sel et le poivre avec 2 càs d’eau de cuisson des pates, fouettez jusqu'à ce que l’appareil deviennent mousseux !

Dans une poêle faites dorer la pancetta avec un peu d’huile d’olive, elle doit devenir croustillante sans brûler…

Une fois que tout est cuit mélangez le tout délicatement et servez !

Je vous avez promis une recette simple, efficace et délicieuse ! Je crois que ma mission est accomplie ! Non ne me remerciez pas je ne suis pas une héroïne… Je viens simplement vous faire rire et pour vous faire saliver avec de bon petits plats !

Bon appétit !

Publié dans Porc, pates

Partager cet article

Repost0

Samosas façon raclette

Publié le par Violette

Samosas façon raclette

Que faire des restes de raclette? toujours un problème n’est ce pas? On ne finit jamais le fromage et la charcuterie en même temps!
Voici une petite recette simple et efficace, à cuire en friteuse ou au four pour moins de gras.

Pour 4 personnes, il vous faudra:

8 feuilles de bricks
300 gr de fromage a raclette
300 gr de crème fraiche
Vos restes de charcuterie taillés en julienne (bâtonnets très fin)
1 oignon
60 gr de beurre
5 cl de vin blanc sec

Tailler le fromage en cubes grossiers, réserver.
Ciseler l’oignon, réserver.
Tailler la charcuterie, réserver.
Dans une casserole, mettre 10 gr de beurre, le faire fondre, puis ajouter l’oignon ciselé, laisser blondir.
Une fois les oignons dorés, ajouter le vin blanc et laisser cuire jusqu’à ce que le vin soit quasi totalement disparu, ajouter le fromage et la crème. Laisser cuire jusqu’à obtention d’une crème assez épaisse et homogène, ajouter la charcuterie, mélanger.
Débarrasser la crème dans un récipient et laisser refroidir.
Prendre les feuilles de bricks et tailler les bords pour obtenir un carré. Les couper ensuite en deux dans le sens de la longueur.
Faire fondre le beurre restant, préparer un pinceau et les feuilles de bricks.
Une fois la crème refroidie, elle aura légèrement figé, ce qui rendra les samosas plus simple à plier.
Prendre une bande de feuille de brick, en bas du rectangle, déposer une cuillère à soupe de crème de fromage, replier le coin en bas a droite de manière à refermer pour former un triangle rectangle.
A l’aide du pinceau, beurrer le reste de la feuille de brick, puis fermer le samosa en pliant le coin en bas à droite en remontant sur le côté gauche afin de former un nouveau triangle en serrant bien, et ainsi de suite jusqu’à ce que le samosa soit totalement refermé.
Le déposer sur du papier cuisson, et réaliser les autres samosas selon la même méthode.
Vous pouvez les congeler ainsi, ou les cuire au four à 200° pendant 4 minutes ou en friteuse jusqu’à ce que les samosas soient bien dorés.
Servir bien chaud avec une salade verte ou une sauce aigre douce comme mon chutney grenade et fruit de la passion.
Bon appétit mes trésors !!


La chanson du jour sera un peu cliché!

 

Samosas façon raclette

Publié dans fromage, Porc

Partager cet article

Repost0

Quiche aux confit d'oignons rouge au vinaigre de basalmique et reblochon

Publié le par Violette

Il y a quelques semaines, il s'est mis à neiger à Marseille, autant vous dire que chez nous c'est vraiment pas banal, suportant mal le froid j'ai décidé de me redonner le sourir en me mettant aux fourneaux et de nous faire une bonne quiche pour nous réconforter pendant que les flocons tombaient mollement sur notre belle ville qui s'arrête de vivre dans ces cas exceptionnels.

Pour 6 personnes, il vous faudra:
Une pâte brisée
1 kg d'oignons rouge
1/2 reblochon
20 cl de crème fraîche
10cl de lait
sel
poivre
10 cl de vinaigre balsamique
10 cl de vin rouge
2 cuillère à soupe de sucre
2 œufs
6 tranches de poitrine fumée (optionnel)

Préchauffer le four à 180°.
Peler les oignons rouge, les émincer.
Mettre un peu d'huile neutre au fond d'une casserole et y mettre les oignons, les remuer de temps en temps, quand ils sont mou, ajouter le vin rouge, le vinaigre balsamique et le sucre, laisser confire à feu doux jusqu'à disparition de tout le liquide. Réserver.
Dans un poêle bien chaude, cuire la poitrine fumée et la faire bien dorer sans ajouter de matière grasse. Réserver.
Abaisser la pâte dans le moule, la piquer avec une fourchette. Réserver au frais.
Dans un cul de poule, mélanger les œufs, le lait et la crème. Saler et poivrer.
Sortir le moule avec la pâte, étaler le confit d'oignon sur le fond de tarte, étaler les tranche de poitrine, verser l'appareil par dessus.
Couper le reblochon en deux dans le sens de la largeur, le disposer sur le dessus de la quiche.
Enfourner 30 minutes.
Sortir du four, laisser tempérer un peu . Servir bien chaud.
Bon appétit mes canards en sucre!

La chanson du jour sera une vieillerie à mourir de rire!

 

Quiche aux confit d'oignons rouge au vinaigre de basalmique et reblochon
Quiche aux confit d'oignons rouge au vinaigre de basalmique et reblochon

Publié dans Porc, Apéro-Buffet

Partager cet article

Repost0

Toast aux herbes de provence et "rillettes" de jambon maison

Publié le par Violette

Toast aux herbes de provence et "rillettes" de jambon maison

Aujourd'hui, je vous offre une des recettes que j'ai servi pour ma pendaison de crémaillère, une recette certes simple ais vraiment efficace vu les compliments que j'ai reçu, j'ai choisi personnellement de ne pas présenter la recette sous forme de rillettes car j'aime le contraste des ingrédients avec le crémeux de la ricotta, le croquant des cornichons, etc mais si vous e^tes pressés, vous pouvez vous contenter de tout mettre dans un mixeur pour obtenir une pâte facile à tartiner.
C'est une recette parfaite pour un apéritif entre amis ou une entrée avec une salade, il suffit juste d'adapter les quantité.

Pour 2 personnes ( en entrée), il vous faudra:
4 tranches de jambon blanc haché (ou de poulet au goût)
2 échalotes hachées
une demi botte de ciboulette
100 gr de ricotta
5 petits cornichons en brunoise fine
sel
poivre
Quelques tranches de pain
Huile d'olive
herbes de provence


Dans un saladier, mettre le jambon haché, les échalotes ciselées, la ciboulette ciselée, les cornichons en brunoise et la ricotta, tout mélanger, saler et poivrer au goût.
Réserver au frais.
Préchauffer le four à 200°.
Trancher le pain en tranches fines, les disposer sur une grille de four, les recouvrir d'un filet léger d'huile d'olive, parsemer d'herbe de Provence.
Enfourner 7 minutes.
Laisser refroidir les croutons, puis les tartiner de rillettes.
Servir à l'apéritif ou accompagné d'une salade verte.
Bon appétit!

 

La chanson du jour sera une petite perle.

Toast aux herbes de provence et "rillettes" de jambon maison

Publié dans Porc, Apéro-Buffet, Viandes

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 > >>